Série 10 Série 9 Série 8 Série 7 Série 6 Série 5 Série 4 Série 3 Série 2 Série 1 Index  

Catherine Larré, faiseuse d’anges

Méfie-toi de la douceur des images, regarde les ombres improbables aux bords des robes, les paupières closes, l’insolation des dentelles, le flottement des manches ballons, le faux ajusté des chemises, posées sur des corps nageurs de brumes, dériveurs de songes, petits cadavres habillés à la hâte, déjà réfractaires.

Ces images ont été assemblées avec science dans l’oeil du photographe, dans son cerveau, dans la chambre noire, là où jaillissent, de la même buée nocturne, les souvenirs d’enfances imaginaires, incestes bénins, nostalgie de déguisements morbides, tortures infligées aux poupées sous la grande caresse inaltérable et ophélienne du sommeil.

“Les draperies”, écrit de Piles en 1699, “ne doivent pas être arrangées comme les habits dont on se sert dans le monde ; mais (…) que les plis se trouvent comme par hasard autour des membres, qu’ils les fassent paraître ce qu’ils sont ; que par un artifice industrieux, ils les contrastent en les marquant, et qu’ils les caressent, pour ainsi dire, par leurs tendres sinuosités et par leur mollesse.”

Montrer ce qu’on cache, dissimuler ce qui s’avoue : inquiétante familiarité d’images combinant la vérité dans l’illusion technique de leur propre genèse. Brouiller les pistes, donner naissance et mort : apocalypse à l’envers où les anges eux-mêmes se revêtent optiquement des tuniques éblouies du paradis perdu.

José Puig

 

Don’t be seduced by the softness of the pictures, rather look at the improbable shadows along the edges of the dresses, the closed eyelids, the sunlit lace, the flutter of puff sleeves, ill-fitting nightgowns on bodies that swim in a mist, drift on dreams; tiny bodies hastily, unwillingly dressed.

These images were made scientifically in the photographer’s eye, in her mind, in the ‘dark room’, where, from which, out of the same nocturnal mist, burst imaginary memories of childhood; morbid disguises, torture inflicted on dolls beneath the unfailing, ophelian caress of sleep.

“Drapery”, Roger de Piles wrote in 1699, “should not be arranged like dress as used in society; let pleats find their own place around limbs by chance, making them appear as they are and yet stand out through the diligent device of stroking, somehow emphasizing them, with softness and tender winding”.

To reveal what is hidden, and conceal what is exposed: disquietingly familiar scenes that combine truth and the technical illusion of their own making. Confusing the tracks, giving birth and death; a transposed apocalypse where the angels themselves seem to put on the dazzling tunics of paradise lost.

José Puig

 
 
Page 1 Page 2 Page 3 Page 4
  Bio Textes